Blog

Comment vaincre la peur de la mort ?

vinacre la peur de la mort
Temps de lecture : 4 min

Comment vaincre la peur de la mort ?

La mort est un sujet tabou que beaucoup de personnes évitent d’aborder. Et pourtant, même si nous n’y pensons pas au quotidien, cette peur est présente en arrière-plan et dans beaucoup de situations. Elle influence nos comportements et nos choix de vie. il est donc normal de chercher à comprendre comment vaincre la peur de la mort pour s’en débarrassez.

Qu’est-ce que cette peur de la mort ? Est-il normal d’avoir peur ? D’où vient cette peur ? Quelles sont nos réactions ? Les méthodes d’accompagnement actuelles sont elles suffisantes pour la gérer ? Existe-t-il une méthode efficace pour vaincre la peur de la mort définitivement ?

Je vous partage des réflexions autour de ses questions et vous donne une méthode pour la vaincre définitivement.

Qu’est-ce que cette peur ?

La Thanatopobhie est le nom qui correspond à un fort sentiment d’inquiétude, de stress et de peur de la mort. Ce sentiment génère de l’anxiété lors d’une confrontation à un objet, une pensée ou un environnement en lien avec la mort.

Elle n’épargne personne et elle peut être ressentie dès l’âge de 6 ans. 

Est-ce normal d’avoir peur de la mort ?

Il est tout à fait normal de penser à la mort et d’en avoir peur, mais tout dépend avec quel degré. La mort fait partie de la vie. Tout le monde est censé mourir un jour et pourtant personne n’aime aborder le sujet et encore moins s’y préparer.

Il existe plusieurs autres peurs qui graviter autour de celle-ci. Par exemple, la peur de l’inconnue nous amène à nous demander s’il y a autre chose après la mort et comme il n’existe pas de réponses scientifiques et rassurantes, alors la peur se fait présente. Il est possible aussi d’avoir peur de la mort de ses proches, ainsi que la peur de souffrir.

D’où vient cette peur de la mort ?

Plusieurs sources sont à l’origine de cette peur. La première vient de l’éducation et de la culture familiale. Les enfants perçoivent de leur parent, le rapport à la mort, et par mimétisme ils mémorisent le même comportement. Il s’agit d’une transmission inconsciente des valeurs familiales, depuis plusieurs générations.

L’expérience de vie apporte tout autant des éléments à cette peur, comme les accidents, les traumatismes et les chocs qui peuvent développer cette peur.

Bien entendu, la confrontation avec la mort d’un proche peut engendrer aussi beaucoup de questions sur la vie et donc sur sa propre mort.

Quelles sont les réactions ?

Le principal comportement est l’évitement. Sans y penser, lors d’une confrontation avec un élément en lien avec la mort, de manière inconsciente et automatique, la réaction est l’évitement. L’objectif de ce comportement est d’éviter un choc émotionnel.

Cet évitement se traduit par un stress au quotidien qui amène à rester en veille pour éviter toute confrontation. Le premier effet est une fatigue que l’on ne comprend pas. Selon le degré de peur, cela peut amener à des insomnies, de l’anxiété, des angoisses et une dépression. Il est possible de devenir hypocondriaque.

Les phobies, comme l’agoraphobie, la claustrophobie et toutes les autres sont des réactions extrêmes à cette peur de mourir. Il est bien normal de chercher à vaincre cette peur qui empoisse la vie.

Les méthodes actuelles sont elles efficaces pour vaincre la peur de la mort ?

Les thérapies habituelles apportent un soulagement qui permet de trouver un apaisement ponctuel et très appréciable.

Par exemple avec la psychothérapie, exprimer sa peur permet de créer une acception, pour ensuite mieux l’appréhender et trouver un chemin vers l’apaisement.

Il est possible de s’interroger sur le sens de la vie avec la thérapie existentielle, qui propose un travail d’introspection afin de clarifier ce qui est important et identifier une trajectoire de vie.

Et il existe d’autres types de thérapies, qui travaillent sur des leviers différents, comme l’accompagnement en thérapeutique cognitive et comportementale, l’hypnose, la sophrologie, la cohérence cardiaque, la méditation.

Ces techniques diminuent la peur, ainsi la vie s’en trouve plus agréable. Même si certaines techniques sont très efficaces, comme l’hypnose les résultats sont aléatoires en fonction des praticiens et des personnes qui consultent. Pour les autres techniques, les résultats peuvent se faire sentir au bout de quelques mois ou années et pendant ce temps, lors de moments de grande fatigue, la peur revient plus facilement. Le découragement peut empêcher d’aller jusqu’au bout de l’accompagnement.

Il existe une solution très efficace et récente qui permet un résultat définitif en 1 à 2 séances

Cette solution date de 2003, elle très peu connue. Pourtant, chaque année des médecins, des psychiatres, des psychologues et des thérapeutes du bien être se forment à cette méthode pour gérer les peurs profondes.

Le créateur de cette technique, Luc Nicon, a mis en place un protocole de recherche entre 2003 et 2007 sur un panel de 300 personnes et les résultats sont bluffants. Dans 75%, il suffit d’une séance pour éliminer 1 peur, ensuite il passe à 90% avec une deuxième séance.

Il s’agit de la régulation émotionnelle, vous trouverez plus d’information sur la page suivante.

Cette technique est rapide, confortable et régule la peur de la mort définitivement. C’est-à-dire que même plusieurs années elle ne réapparaît plus.

Les effets aussi rapides créent beaucoup de scepticisme, c’est comme se dire que c’est trop beau pour être vrai. Et, il peut être perturbant de se débarrasser de la peur aussi rapidement, alors qu’elle est présente depuis aussi longtemps.

Je suis praticien en Hypnose et lorsque je me suis formé à la régulation émotionnelle, je préfère l’utiliser dans toutes les gestions des émotions, dont les peurs et les phobies.

Il n’y a aucune contre-indication à l’utilisation de cette technique, que vous soyez sous médicament, accompagné par un psychiatre ou que vous suivez une psychothérapie.

Pour en savoir plus

www.tipi.pro, est le site officiel de l’association qui forme les professionnelles et les particuliers.

Pour vous faire accompagner et en savoir plus, contactez moi, je vous propose un appel gratuit afin de répondre à vos questions.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *