Blog

Différences entre l’hypnose et la méditation ?

quelles differences hypnose méditation
Table des matières
Temps de lecture : 7 min

Au commencement ...

Lors de mes animations d’atelier d’autohypnose, les stagiaires me questionnent régulièrement sur les différences entre l’hypnose et la méditation. C’est ce qui m’a motivé à faire cet article.

Le questionnement de cette différence est légitime, car comprendre les différences permet de répondre à pourquoi faire tel ou tel technique ?

Je vous partage donc ce qui différencie ces deux outils, ainsi que leur similitude, et je vous donne mon avis sur quelle pratique utiliser et dans quelle situation. Ensuite, il sera plus facile pour vous de faire un choix, selon vos besoins.

Pour me permettre de vous donner un avis expérimenté, je vous explique comment j’en suis arrivé à faire de la méditation.

Curiosité

À la suite de ma formation de praticien en Hypnose, je découvre le développement personnel. Ma motivation est au taquet et je souhaite apprendre d’autres techniques.

Ma curiosité m’oriente vers la méditation, et je commence par lire des articles sur internet et par visionner plusieurs vidéos.

Très rapidement, je m’aperçois que l’hypnose et la méditation ont des ressemblances, mais leur philosophie et leur pratique sont différentes.

Pour en savoir plus, je me lance dans l’aventure de la méditation.

Découverte de la méditation

Lors de mes lectures, je découvre 2 approches de méditation.

La première est la médiation Mindfullness ou la méditation de pleine conscience. Vous trouverez plusieurs applications mobiles ou des vidéos sur internet qui proposent des séances gratuites. L’objectif est de focaliser son attention sur l’instant présent et sur les sensations corporelles, puis de tenter de ne rien faire d’autre.

La seconde forme de méditation est la récitation d’un mantra. Je m’inscris à une méditation guidée et gratuite sur 21 jours, animée par Deepak Chopra. Sur son site internet, https://deepakchoprameditation.fr/, vous trouverez des ressources et il propose régulièrement de suivre un cursus de 21 jours gratuitement.

Je décide de faire tous les matins, 20 minutes de méditation sur une période de 6 mois. En fin de cet article, je vous partage mon retour sur ces 6 mois de pratique et des effets surprenants.

Mais avant, voyons les différences entre l’hypnose et la méditation.

Des origines historiques différentes

Méditation

On retrouve des fresques de plus de 4000 ans, dans des grottes indiennes et qui représentent des personnages en position de médiation. Dans des textes bouddhiques et taoïstes qui datent de 500 av. J.-C., on y découvre l’illumination de Bouddha sous ‘’l’arbre de la Bodhi’ et la méditation se retrouve dans la culture hindouiste avec les Yoga Sûtras de Patanjali au IIème siècle av. J.-C.. À travers les écrits, plusieurs courants de méditation sont observés en fonction des cultures et des religieuses. 

Hypnose

Les concepts sous-jacents de l’hypnose existent depuis l’origine des hommes. Le feu a toujours eu un effet hypnotique. L’apparition de la pratique de l’hypnose débute aux alentours de la fin du XVIIIe siècle. Ces origines sont occidentales. L’hypnose débute avec les découvertes du médecin viennois Franz Antonr, qui parle de magnétisme animal, suivi par le Britannique James Braid, à qui l’on reconnaît ses usages médicaux.

À la fin du XIXe siècle, de nombreux médecins pratique l’hypnose et parmi lesquels deux figures : Charcot et Bernheim qui opposent leur pratique grâce à deux écoles : l’école de la Salpêtrière face à l’école de Nancy. Charcot décrivant l’hypnose comme un état d’hystérie, alors que Bernheim le voit comme un état naturel. (livre : Charcot face à Bernheim)

2 outils et 4 styles de pratiques

Kevin Finel, directeur de l’A.R.C.H.E., organisation de formation à l’hypnose Ericksonnienne, disait que « l’hypnose est la version occidentale et moderne de la méditation ». À travers son regard, cela peut impliquer que les deux pratiques ont les mêmes bases et que l’hypnose serait une forme de méditation 2.0.

Qu'en est-il réellement ?

La méditation et l’hypnose se pratiquent seules, guidées et accompagnées.

Une pratique seule permet d’être autonome et de faire des séances au moment qu’on le souhaite et dans l’endroit de notre choix.

La pratique guidée permet d’écouter un audio ou une personne et qui vous propose de suivre des instructions tout au long de la séance.

La pratique accompagnée est réalisée avec un praticien qui à la fois guide et questionne vers un objectif défini en amont de la séance.

4 styles de pratique

À retenir

La méditation et l’autohypnose sont utilisables rapidement pour créer un moment de bien être, alors que l’hypnose sera utilisée pour travail plus en profondeur avec un praticien.

Voyons maintenant les différences

Les différences fondamentales

Les objectifs

En méditation, l’objectif de la pratique est de retrouver une sérénité et une paix intérieure. C’est un moment pour se retrouver avec soi-même et l’idée est de se ressourcer.

En hypnose ou autohypnose, l’objectif est défini avant chaque séance et est plus spécifique, comme gérer ses émotions pour un entretien ou une prise de parole ou bien comme créer de nouveaux comportements, habitudes et réflexes.

Les pratiques

Que la pratique soit taoïste ou bouddhiste, la méditation a très peu évolué depuis des siècles. Elle demande peu d’apprentissages théoriques pour se lancer. En méditation, les techniques sont simples et rapides à mettre en place. Le pratiquant est peu actif durant une séance. Elle est rapide et simple à mettre en pratique, mais demande de la persévérance pour un résultat visible. 

À la différence, l’hypnose est beaucoup plus récente. Sa pratique a évolué et commence avec des passes magnétiques (Mesmer), pour devenir une hypnose directive (utilisé dans les spectacles), puis elle évolue vers une pratique de suggestions indirectes et accessibles pour tout le monde (Thérapeutique et développement personnel). 

Le pratiquant peut être très passif, comme très actif. Tout dépend des techniques utilisées. L’outil de base est la communication suggestive, pour permettre de créer une activité imaginaire et développer la créative.

Pendant que les scientifiques tentent de comprendre son fonctionnement, au début du XXe siècle, la technique hypnotique s’enrichit grâce aux apports du docteur Milton Erickson et d’autres thérapeutes. L’utilisation des suggestions indirectes et de l’imagination permet d’accompagner presque n’importe qui.

L’émergence des neurosciences apporte des compréhensions sur le cerveau et donne de nouveaux outils pour créer rapidement un état d’hypnose et générer des changements durables. Son évolution se poursuit encore aujourd’hui. 

Les 3 ressemblances

1. Décalage de l'état de conscience

Ces disciplines ont pour objectif de décaler l’état de conscience habituelle. Ce qui peut être assimilé par un lâcher-prise. C’est utile pour accéder à un état de conscience qui permet de se ressourcer en réduisant l’activité cérébrale, qui habituellement utilise jusqu’à 20% de l’énergie du corps pour penser.

Décaler sa conscience permet donc d’orienter son énergie dans d’autres parties de son corps et ainsi renforcer son système immunitaire, ou bien accéder à un état de conscience moins contraint pas le mental et qui permet un apprentissage plus facilement.

2. Focalisation de l'attention

L’utilisation de la focalisation de l’attention pour réduire la présence du mental. Le mental étant défini ici comme la partie qui analyse, qui se pose des questions, qui anticipe, qui prévoir et qui organise.

En méditation, lors d’une distraction mentale, on invite le pratiquant à ramener l’attention sur les sensations ou la répétition du mantra. Cela favorise naturellement le décalage de la conscience.

En hypnose, la focalisation permet exactement la même chose et permet d’accéder à cette part inconsciente qui sera utilisée pour un travail de changement ou d’apprentissage.

3. Augmentation des perceptions sensorielles

L’augmentation des perceptions sensorielles, comme les ressenties physiques, les images, le dialogue intérieur, les sensations, les émotions. Que ce soit en méditation ou en hypnose, l’augmentation des perceptions sensorielles permet d’être plus à l’écoute des messages du corps.

En méditation, ressentir davantage ses sensations c’est l’assurance de se relier à son environnement extérieur et intérieur. Cela favorise la détente, la prise de recul, un bien-être et du repos mental et physique.

En hypnose, les sens sont utilisés pour dialoguer avec son corps et obtenir des informations subjectives sur son vécue. Les sens sont une des constitutions des émotions et il est possible de transformer ses émotions. J’en parle dans l’article : Comment conquérir ses émotions avec un ancrage émotionnel ?

Quelle technique choisir ?

Pour commencer rapidement, la méditation est une excellente pratique. Son apprentissage vous donnera des compétences pour aborder ensuite l’autohypnose et l’hypnose.

En revanche, si vous souhaitez améliorer votre communication, l’approche de l’hypnose vous permettra d’apprendre l’art de la suggestion pour être plus à l’aise avec votre parole. Vous pourrez faire de l’autohypnose et vous rapprocher de la méditation très rapidement.

À vous de choisir le chemin qui vous convient.

Quelques soit la pratique : méditation, hypnose, autohypnose, sophrologie, visualisation, préparation mentale, gestion émotionnelle, vous apprenez des outils communs, comme la focalisation de l’attention, la perception de vos sens et le décalage de votre état de conscience.

Ces compétences

Mon retour sur les biens faits de 6 mois de méditation

Durant 6 mois, tous les matins j’ai pratiqué une séance de méditation de 20 min. La difficulté a été de créer l’habitude de me lever plus tôt. Je n’ai pas réussi à le faire immédiatement. Mais petit à petit, j’ai pris plaisir à ce rendez-vous avec moi-même.

Chaque jour, les résultats étaient inégaux, parfois pendant 20 min, je pensais sans interruption, et à d’autres moments j’avais l’impression d’avoir juste fermé les yeux et les 20 minutes ont défilé en un éclair. J’ai des souvenirs d’une sensation de présence physique très important et en même temps un sentiment d’absence. Comme si, je pouvais être conscient sans la présence du mental. C’est une impression très curieuse, mais très agréable. C’est d’autant plus agréable quand on a un cerveau en ébullition en permanence. C’est comme une bouffé d’air pure.

Alors que j’étais, en permanence en proie à un flot d’idées qui me submergeait, depuis je me sens bien moins envahie par des pensées et surtout je contrôle davantage ce flot.

J’ai développé une meilleure capacité d’attention et de gestion de mes pensées.

Les résultats sont vraiment au rendez-vous et même si ça prend du temps, vous développerez de nombreuses compétences, comme la persévérance, la concentration, la focalisation, le ressentit des sens et des émotions, l’autodiscipline. Ces compétences peuvent vous servir toute notre vie.

olivier Szkulnik
olivier Szkulnik
Professionnel en régulation émotionnelle, Olivier utilise des outils puissants qui permettent la libération définitive des peurs et de toutes les émotions qui perturbent votre quotidien. Son objectif est de vous accompagner avec confort et efficacité.